La nouvelle cartouche de match de Thun

Vers la fin des années 80, les constructeurs de Thun se lancaient avec beaucoup d’élan dans ce nouveau travail.

Construction de la munition

 
   
 

Douille

On utilisait une douille spéciale en GP 11. Afin d’obtenir le maximum de précision, on fabriquait ces douilles sur une seule machine. On diminuait le diamètre de la bouche et néttoyait la douille en dernière opération.

Elément d’allumage

La fabrication de l’élément d’allumage 1.1-001.04 est faite selon le plan d’opération. On pratique un test run-down. Les produits avec dissémination minimale et sécurité de maniement sont sélectionnés et réservés.

Projectile

Le projectile est entouré d’un alliage en tombak CUZn10. Les variations climatiques ainsi que les conditions de tir différentes (CISM, 10 tirs en 90 secondes) demandent un poids de projectiles différents, à savoir 11,4 gr, 12,4 gr et 13,0 gr. Afin de simplifier la fabrication de projectiles, on prévoiait une forme extérieure de 13,0 gr.

Aprés avoir essayé sans succès des alliages courants en plomb-antimon, on procédait avec un alliage plomb-étain. Le pourcentage de l’étain guidait le projectile de façon à obtenir un bon résultat. Le poids du centre en plomb diffère au maximum +/- 0,01 gr du poids donné. La fabrication de projectile est faite sur une presse Manurhin à 10 stages, adjusté au maximum. Le savoir-faire du personnel de manutention de cette machine est très important.
 
   
 

Poudre

Au début, on faisait des essais avec de la poudre de la M+FA. Les recherches sur la caractéristique de la poudre étaient faites, surtout afin de connaître les relations entre masse et Vo respectivement Pmax. Après quelques déceptions, on trouvait une poudre normale pour GP 11, qui était assez proche de ce qu’on cherchait.

Dosage

  Le dosage de la poudre avec une précision de +/- 0,010 était atteint sur une balance semi-automatique. On remplissait environ 1'000 cartouches par jour. Après le dosage, un contrôle de poids et d’apparence suivait. Comme dernière opération on graissait et emballait les projectiles

Essais de tir

  Des canons et systèmes de Tanner, Fulenbach, qui correspondaient à ceux du cadre national, fûrent achetées et testées. Le rhytme lors des tirs ainsi que la manipulation facile étaient des éléments importants à connaître, et menaient à des résultats réguliers.

  Entre 1988 et 1990 on procédait à des essais avec le cadre national à Walenstadt. La première livraison au cadre national date du 1.2.1991. En 1992, on introduisait la numerotation du lot. Les grands succès aux championnats d’Europe des 300 mètres 1991 et 1993 démontraient que les techniciens de Thun avait fait un très bon travail.

Coûts

Une cartouche de match est nettement plus chère qu’une cartouche standard, car la partie manuelle de la production est très importante. Les coûts du dosage sont les plus onéreux