Les cartouches de match „Altdorf“

Avant le succès des matcheurs d’Altdorf en 1948 à Londres, où Emil Grünig gagnait la médaille d’or des tirs au 300 m, on utilisait encore des cartouches lourdes, longueur 37 mm de la MF Thun. Ces projectiles étaient examinés et triés rigoureusement.

August Hollenstein gagnait en Octobre 1952 par deux fois les championnats du monde à Oslo. Malgré ce succès, les techniciens de la MF Altdorf faisaient de nombreux tests supplémentaires avec les douilles.

On fabriquait à Altdorf avec date de fabrication 11.6.60 A la première cartouche en tombak. Ce projectile avait une longueur de 37 mm, sans rayures. La douille était marqué du tampon No DA 4.60 et avait un chargement de 3,2 gr de poudre, avec un anneau de graisse. L’emballage contenait 10 pièces, avec une étiquette grise. En 1961, les douilles de match étaient fabriqué en laiton de Selve avec numéro de lot MFA 54. Les cartouches d’exercice portaient comme différence le tampon habituel. Sur ordre du directeur de la MFA, Brunner, les cartouches d’exercice étaient fabriquées avec des projectiles en acier de 11,3 gr, de la société Manurhin.

 

 
 

 
 


Des quotas de touches améliorés

Les cartouches non-graissées des armes Hämmerli et Tanner ont été testé avec succès, selon une inscription au livre de laboratoire du 25.9.1963. Ce livre mentionne également des touches d’un pourcentage de 80 % avec le lot No 6639 du 25.2.1967. Une année plus tard, le lot No 6303 atteignait un quota de 89 %. En vue des jeux olympiques de Mexique, on augmentait ces quotas même à 96 %. Tous ces tests étaient faits avec une charge de 3,25 gr en poudre et un projectile en tombak de 13 gr. Kurt Müller gagnait ainsi la dernière médaille olympique des 300 m.

Vers la fin des années 60, on utilisait en première des cartouches de match en tombak de 11,3 gr et 13 gr. L’étiquette de l’emballage à 10 cartouches était rééditée avec impression „cartouche de match tombak“ et portait également le poids du projectile et la date de fabrication.

 

 
   
 

Des cartouches graissées uniquement

On utilisait un nouvel emballage en carton épais dès 1974, toujours en couleur blanc-rouge et Croix Suisse. En 1986 on ajoutait une troisième version de cartouches, une cartouche en tombak, 12,2 mm. Les tests étaient fait avec des cartouches graissées et non-graissées. Avant le test, les tireurs devaient nettoyer leures armes méticuleusement. La première partie de l’exercice consistait à tirer 10 cartouches, couché, plus 20 tirs de précision. En deuxième partie, les tireurs devaient graisser leur arme et tirer par la suite 30 cartouches. On constatait un meilleur résultat (50 % plus de touches) avec les armes graissées. La situation était claire, et on utilisait dorénavant que des cartouches graissées.

Pour cette raison, les cartoches de match d’Altdorf étaient toutes déballées, controlées, centrées, graissées et ré-emballées dans le même carton avec un adhésif brun. En 1980, on décidait de fabriquer la munition en petit calibre (fusils et pistolets) uniquement à Thun. Pendant la période de transition, on gardait un stock suffisant en cartouches pour le cadre national. La première cartouche de match d’Altdorf était tirée en 1992 à Fort Benning, aux USA, lors des mondiaux CISM.