La première cartouche Tombak 1921

Le 15 juillet 1921, 6000 cartouches de match étaient fabriquées en version „tombak“ à la MF Thun. On utilisait 3,23 gr de poudre de Wimmis. Faute de nickel, on fabriquait à cette époque des cartouches en laiton ou en tombak. Il nous manque cependant des indications sur la précision de ces cartouchs. Une année plus tard, le 13 juin 1922, on revenait sur la version en nickel.

 Après la défaite lors de la compétition de Milan en 1922 (les Américains gagnaient ce match pour la deuxième fois), on discutait longuement la possibilité de donner à la cartouche une vitesse initiale plus rapide. Les tests y relatifs montraient un résultat positif, et les tireurs Suisse avaient de nouveau du succès.

Les hauts et les bas du développement des cartouches

En juin 1924 on fabriquait pour les matcheurs une quantité total de 19'300 cartouches, en deux lots, et sous la description type P et type Q. En décembre de la même année, on lançait encore deux lots de 5'000 cartouches chacun, portant les numéros 13 et 38, mais cette fois-ci avec une longueur de 34,7 au lieu de 29 mm.

A cette époque, on trouve pour la première fois  l’inscription „cartouche sans graisse“. La signification des lettres „P“ et „Q“ reste par contre une inconnue jusqu’à ce jour. Le fait est que la précicison de ces cartouches était très bonne, car on fabriquait 2'400 cartouches No 13 à manteaux courts et 18'000 cartouches No 38 à manteaux longs en 1925.

Dès le 12 mai 1925, l’arrière de la douille des cartouches de match était coloré au moyen d’une laque verte. Dès juin 1926, on appelait ces cartouches „munition d’exercice“. Ces cartouches étaient mis en boîtes de 10 pièces. Il manquait cependant l’inscription sur leur contenu. Les boîtes à 60 pièces fûrent abandonnées. En 1928, on fabriquait également les cartouches de match avec rayures sur la balle modifiées.

 

 
   
 


Cartouches d’exportation de Thun

Les succès dès 1925 avait pour cause que les tireurs étrangers étaient à la recherche d’une munition suisse. La MF Thun produisait en 1929 une cartouche de match spéciale pour l’exportation. La douille était en nickel et munie d’un tampon intéressant: „Match TT NZ8. Le code NZ8 était longtemps une inconnue pour les collectionneurs de cartouches.

En 1929, les dates de production étaient remplacées par des lettres, par exemple VN (vingt-neuf) pour l’année de fabrication 1929. Le code NZ8 était finalement déchiffré en allemand avec Neunundzwanzig, mois 8 de production. On fabriquait de cette cartouche 20'600 pièces; elles étaient emballées en cartons de 20 pièces. Ces cartouches étaient exportées entre autre en Allemagne (Wiesbaden).

Une deuxième édition de cette munition apparaissait en 1931. L’emballage était brun avec une étiquette en couleur, avec la croix suisse et les noms des matcheurs, qui avaient, semble-t-il, une confiance totale en cette munition.

Les cartouches de Thun étaient à ce moment-là très demandées par tous les matcheurs. Le produit d’Altdorf n’était pas demandé autant. La production fût arrêtée à cause du début de la guerre en 1939.